Oct 102015
 

Chaque année c’est la même chose : l’arrivée d’une saison donne l’occasion d’éditer un billet qu’on pourrait qualifier de marronnier dans la mesure où il se répète. Mais, pour celui qui sait observer, chaque saison est différente. Cet automne, en vallée d’Aure, les merisiers sont particulièrement en vedette, instillant des touches écarlates ci-et-là …
Je ne sais si c’est lié à la sécheresse qu’on a connue cet été mais, cette année, ils sont beaucoup plus précoces et d’un rouge éclatant qu’on a rarement vu ; un ravissement.
Sinon, à la Hourquette d’Ancizan, on pouvait aussi goûter de bon petits bruns au petit-déjeuner de ce matin …

Cliquez sur l’image pour déclencher le diaporama

Grailhen dans les Hautes-Pyrénées en automne

Pleins feux sur Grailhen

Juin 082013
 

Sur la montagne d’Arreau, le Plo del Naou (1754 m) est facilement accessible depuis la hourquette d’Ancizan, le Col d’Aspin ou le petit village de Barrancoueu. Qualifié de montagne à vaches*, il offre cependant de beaux points de vue sur le massif de l’Arbizon, les crêtes du Louron, les pics de la vallée d’Aure (Sarrouyes, Lustou, Berdalade, La Haille …) ainsi que sur la vallée voisine de Campan avec laquelle les Aurois ont eu quelques différends par le passé 🙂
Espace pastoral par excellence, on y rencontre des brebis, des vaches, des ânes, des chevaux …et de nombreux névés, ce qui est assez extraordinaire à cette époque de l’année et à cette altitude.

Voyez plutôt ces contrastes saisissants en cliquant sur l’image

troupeau de brebis paissant face au Pic du midi de Bigorre

Jetées en pâture au pied du Pic-du-Midi

 Philippe Villette

* L’expression « montagne à vaches » peut être entendue de façon péjorative dans la bouche de certains randonneurs. Faisant partie du « Comité de soutien à Holy Cow » sur Facebook et fréquentant assidûment les blondes en période de transhumance, vous comprendrez qu’il n’en est rien en ce qui me concerne.

Oct 262012
 

Juste avant l’arrivée de la blanche prévue pour ce week-end en vallée d’Aure, quelques clichés pour immortaliser* une belle rousse qui va perdre bientôt de sa superbe.
Les flamboyantes parures des arbres devraient subir la dure morsure d’un hiver prématuré succédant à un été tardif.
La marchande de quatre saisons a oublié de passer …mais la beauté, jamais …

Les photos sont prises vers Azet, Aulon et la  hourquette d’Ancizan.

Cliquez sur l’image pour enclencher le diaporama.

Le pic de Monfaucon vue depuis la route de la hourquette d'Ancizan, en automne

Vue sur le Monfaucon depuis la Plagne (plaine des Quatre-Véziaux)

 

* Cette immortalité est toute relative car la prise de clichés automnaux n’est qu’un marronnier 🙂