Google

A l’initiative d’Eric Courgeon, l’ancien gardien du refuge de Barroude, en ce jeudi 3 septembre 2015, 4 accompagnateurs en montagne ainsi que votre serviteur se sont donnés rendez-vous au départ de la vallée de la Gela. Objectif du jour pour Eric, Bruno, Rémy, Laurent et les deux Philippe : atteindre les ruines du refuge de Barroude détruit en octobre 2014 pour ensuite rassembler ses débris éparpillés alentour par l’action du vent et des randonneurs, afin de sécuriser le site.

Cliquez sur l’image pour déclencher le diaporama

P1140609

Eric devant l’amas de tôles du refuge

La finalité de l’action est guidée par un soucis de sécurité : éviter que d’éventuels promeneurs puisse être blessés par des tôles emportées par des bourrasques. De plus, pour ceux qui ne connaitraient pas le coin, rappelons que ce magnifique site dont nous n’avons qu’entraperçu le cadre du fait du mauvais temps régnant sur les lieux, est situé dans la zone coeur du Parc national des Pyrénées et du Patrimoine mondial de l’UNESCO (Pyrénées Mont Perdu).
Il est donc navrant de voir des amas de tôles rouillées jonchant un tel lieu.

Lors d’une première halte au pluviomètre (signe prémonitoire ?) parmi oseilles sauvages, sarrous et blondes d’Aquitaine, nous sommes observés par une harde d’isards qui se demandent bien ce que peuvent faire des randonneurs en montagne par un temps pareil …
Nous remontons ensuite la cascade, avec, au dessus de nous, les Pichous dans la brume et atteignons les restes du refuge à l’heure du casse-croûte.
Après une rapide collation dans la brume et le vent, nous nous attelons à la tâche alors que les premières gouttes de pluie commencent à tomber. Elles seront accompagnées par de la grêle et de l’orage. Super lorsqu’on manie de la ferraille; mais Barroude mérite bien qu’on se mouille pour lui, n’est-ce pas ?

La principale difficulté de l’exercice était de rendre homogènes les tôles provenant de la toiture en les pliant afin de pouvoir les transporter vers l’enceinte du refuge. Nous n’étions pas trop de 6 pour les véhiculer.

« J’avais vu des photos des débris éparpillés de la toiture mais je ne me rendais pas compte qu’il y en avait autant. »

Certains, trop lourds, n’ont pas pu être acheminés jusqu’au refuge et ont été stockés plus bas. De même, le portique supportant les panneaux solaires, n’a pu être déplacé.
Quelle émotion de revoir ce bâtiment où nous avons passé quelques nuit, dans cet état. J’imagine les pensées d’Eric et Rozenn qui eux, y ont séjouné pendant 9 étés …
Après avoir replacés les bouteilles de gaz dans leur remise, nous sommes redescendus transis et trempés dans la vallée mais heureux d’avoir fait oeuvre utile et d’avoir passé un bon moment de convivialité même si les conditions étaient difficiles. Le chocolat chaud offert par Eric au Relais du Néouvielle aura fait du bien …
Le site va encore être fréquenté prochainement puisque des entreprises susceptibles d’intervenir pour le nettoyer doivent le visiter le 10 ou le 11 septembre et le Trail de Piau y passe le 12 septembre.

Souhaitons, de tout coeur, que ce refuge que les montagnards et randonneurs affectionnent tant, soit reconstruit un jour …

Cette année, la Fête de Barroude organisée par le Livre Pyrénéen d’Aure et du Sobrarbe les 24 et 25 août, va revêtir une signification particulière. Cela va faire bientôt un an que le refuge a été détruit par un incendie que l’on suppose être du à la foudre (le contenu des enquêtes n’a pas encore été rendu public).
Cette 4ème édition, outre son volet mémoire consacré au patrimoine minier, sera l’occasion d’évoquer le dossier ainsi que les pistes pour une reconstruction du refuge.

Fete de Barroude - refuge pyrénées

La librairie-galerie d’arts LIS’ARTS d’Arreau organise le Samedi 5 mars à partir de 16h30
un échange dédicace avec Cyril AZOUVI auteur de l’ouvrage intitulé : « Une année en haut ».

Lire la suite »

A propos de l’auteur

Les photos de la rubrique "Pyrénées d'aujourd'hui" ainsi que les textes sont placés sous licence "Creative Commons by-nc-sa/2.0" Mentions légales & contact Suffusion WordPress theme by Sayontan Sinha