Google

Un petit coup de gueule en passant … sur la crête de Grascouéou …

Il était une fois un bel ensemble de granges foraines sur des estives intermédiaires. Le site a pour nom Grascouéou (curieusement nommé « Grascoucous » sur le cadastre figurant sur Géoportail). Il est situé sur la montagne de Vielle-Aure qui surplombe Saint-Lary. Jadis, les granges avaient un usage pastoral. Elles servaient à abriter le bétail qui paissait alentour au printemps et à l’automne et à engranger le foin récolté en été lorsque les bêtes estivaient plus haut, vers Espiaube. Comme le dit le CAUE (conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement ), « elles sont emblématiques de la culture pyrénéenne et du paysage« .
Aujourd’hui, sur le site de Grascouéou, elles n’ont plus guère de fonction pastorale vu l’état d’abandon dans lequel certaines se trouvent.

Cliquez sur l’image pour déclencher le diaporama

grange de Grascouéou - Saint-Lary pastoralisme pyrénées

Une grange qui se ruine est également une perte d’aménités environnementales

Chaque année, je parcours le site et je me désole de voir les bâtiments inexorablement s’abimer, victimes des rigueurs de l’hiver et de l’oubli des hommes …

Ici, il ne s’agit pas de bâtiments isolés mais desservis par une piste. Contrairement aux granges de Camplets situées juste en dessous et qui sont complètement étouffées par la forêt, celles-ci sont facilement accessibles pour des entreprises devant intervenir. Alors, à quoi attribuer cet abandon ? Problèmes financiers pour restaurer ? désaccord entre héritiers ou tout simplement négligence ?

En comparaison, les granges foraines du Val de Camparan sont, elles, beaucoup mieux conservées …

N’y-a-t-il donc rien à faire pour empêcher ces témoins de la vie pastorale de se réduire en tas de pierres ?

Il y a, en fait, peu de moyens pour contraindre des propriétaires à réaliser des travaux sur des demeures privées. La règlementation n’a que peu de prise sur la ruine, sauf si celle-ci constitue un danger. Quel contraste avec les contraintes imposées en matière de bâti lorsqu’on souhaite aménager ou restaurer une grange (cf sur le sujet, les règles de constructibilité édictées par la Direction Départementale des Territoires).

Je ne sais quels moyens pourraient être utilisés pour stopper les dégradations, voire restaurer, mais avouez que cet état de délabrement est un outrage à la mémoire des anciens qui seraient révulsés à la vue de ce qu’est devenu le bien qui leur a demandé tant de sueurs et d’efforts. Et que dire du regard des promeneurs, nombreux sur le site en été, auquel on vante l’esprit authentique des Pyrénées ? Sans compter les dangers que peuvent présenter ces ruines pour les visiteurs et leurs enfants qui peuvent parfois y pénétrer.

Vraiment un spectacle désolant qui n’honore pas la vallée d’Aure …

MAJ 16/09/2015

Le CAUE et le Parc national des Pyrénées ont répondu sur la problématique ainsi que sur les éventuelles pistes de financement pour la restauration des granges :

Les collectivités locales ne peuvent forcer un propriétaire à engager des travaux, sauf cas urgent de péril à autrui (façade menaçant de s’effondrer sur le domaine public) ou d’insalubrité extrême.

Concernant les aides pour la restauration de granges privées qui ne sont plus en activité, la Fondation du Patrimoine peut aider les particuliers et également les collectivités ou associations. Contact : Alexandre Tahon, le chargé de mission de la fondation à Toulouse au 05 62 19 00 71.
https://www.fondation-patrimoine.org/

Il existe des possibilités de financement des granges foraines, tant qu’elles restent agricoles (utilisation pour stockage du foin et/ou des animaux). Stricto sensu, les granges passées au pastoralisme, utilisées en estives comme cabanes pastorales ou « infirmeries », ne sont pas éligibles. Il s’agit de financements FEADER. Contact Monsieur Noté – Direction Départementale des Territoires 65.

 

Une petite sortie au dessus des granges de Grascouéou, formidable panorama sur Saint-Lary et la vallée d’Aure, qui plus est, aisément accessible, permet de s’apercevoir que la neige est toujours présente à 1600 m. Cette dernière n’arrive cependant pas à cacher les outrages du temps et le manque d’entretien sur certaines des granges dont les toits se crèvent … Navrant …

Cliquez sur l’image pour déclencher le diaporama

grange de grascoueou au dessus de saint-lary Pyrénées

Belle lumière à l’arrivée du chemin menant d’Aulon aux granges de Lurgues.

Granges de Lurgues à Aulon Hautes-Pyrénées

 

Ce hameau de granges foraines en vallée d’Aure se laisse visiter aisément car une route forestière y conduit (Accès réservé aux ayant-droits). On y accède en ce moment avec des raquettes. Le mieux est de laisser la voiture à Camparan et de gravir à pied la route qui monte à Grailhen jusqu’au 2ème lacet.
Le 17 février 2013, la neige avait, malheureusement déserté les toits. Mais c’était beau quand même …
Voyez plutôt en cliquant sur l’image
granges de Camparan en vallée d'Aure Pyrénées

Granges du Val de Camparan

 Philippe Villette

Aujourd’hui, les granges n’ont plus guère de fonction pastorale mais fort heureusement, elles n’ont pas encore été transformées en résidences secondaires. Les vaches continuent à paître ici de mai à décembre, ce qui entretient le terrain.

Voir les mêmes granges de Camparan en janvier 2010 et en avril 2012.

Voir le site sur Géoportail

A la différence de la campagne présidentielle, le vert est très présent dans la vallée. Et c’est joli, joli …

Cliquez sur l’image pour déclencher le diaporama.

Granges de vallée d'Aure - Hautes-Pyrénées

Photos de flore prises en juillet 2011 sur les hauteurs de Soulan (vallée d’Aure), aux granges de Grascoueou.

A propos de l’auteur

Les photos de la rubrique "Pyrénées d'aujourd'hui" ainsi que les textes sont placés sous licence "Creative Commons by-nc-sa/2.0" Mentions légales & contact Suffusion WordPress theme by Sayontan Sinha